Les étapes de montage d'un chalet de jardin en bois, des fondations à la toiture. Les conseils de pros

Les étapes de montage d'un chalet de jardin en bois, des fondations à la toiture. Les conseils de pros

Article mis à jour le 24-11-2021

Le montage d'un chalet de jardin se fait par assemblage de murs en madriers d'une certaine épaisseur (en général entre 28mm et 60mm selon les fabricants et la gamme) et se déroule par phase bien distinctes : des fondations au traitement du bois en passant par le plancher, les parois, la toiture, les menuiseries, la couverture...

Découvrez les principales étapes d'un montage d'un produit de construction de jardin en kit ainsi que toutes les infos et conseils indispensables.

Demande d'autorisation préalable avant le montage

Il peut être obligatoire de demander une autorisation d'urbanisme avant d'effectuer le montage de votre abri de jardin, en fonction de la taille de votre abri et de sa surface de plancher.

Cette autorisation peut être une déclaration de travaux voire une demande de permis de construire.

L'emprise au sol représente la totalité de la surface projetée au sol en incluant tous les débords et surplombs (loggias, balcon, auvent...). Faîtes donc bien attention à bien la calculer pour définir votre cas de figue.

La surface de plancher concerne la surface au sol des espaces clos et couverts, sous une hauteur de plafond supérieure à 1,80 m, sur le même principe que les m² Carrez pour les habitations.

  1. Pour une surface de plancher et une emprise au sol < à 5m² : vous n'avez pas besoin d'autorisation.

  2. Pour une surface de plancher et une emprise au sol < à 20m² : vous avez besoin d'une déclaration préalable de travaux.
    Déposez votre dossier en mairie et patienter en général 1 mois que le projet soit accepté. Si aucune réponse n'est envoyée après 1 mois, le projet est considéré comme accepté tacitement.

  3. Pour une surface de plancher et une emprise au sol > à 20m² : vous avez besoin d'un permis de construire
    Le délai d’obtention du permis de construire peut varier fortement selon votre commune. Notez que la limite de 20m² est portée à 40m² si votre abri/chalet/garage est monté dans une zone couverte par un plan local d'urbanisme (PLU). Renseignez-vous là encore auprès de votre mairie.

1. Préparation de la dalle béton ou autre support pour votre abri de jardin

Un chalet de jardin doit impérativement être posé sur un sol plat, stable et solide. Une dalle béton est la plus à même de recevoir les abris de plus de 30m². Il n’est pas conseillé de poser son produit directement sur le sol car le bois ne doit jamais être en contact direct avec lui.

Les abris doivent être posés :

  • sur une dalle béton (de loin la meilleure solution, et selon nous la seule valable pour des abris supérieurs à 30m²),
  • sur plots si l'abri dispose d'un plancher/solivage pour pas avoir les chevilles au frais
  • sur parpaings via une ceinture de parpaings qui permet de ne pas avoir les chevilles au frais
  • sur dalle graviers ou autobloquants (s'il n'y a pas de plancher), et impérativement sur un sol stabilisé.

La dalle béton doit être parfaitement plane afin de garantir une stabilité optimale dans le temps. Une dalle avec une inclinaison pourrait entraîner une déformation et rendrait l’assemblage plus compliqué.

Une épaisseur de 15 à 20cm est recommandée pour une dalle béton accueillant un chalet car une épaisseur de moins de 10cm permet seulement de supporter des charges maximale d'environ 150kg/m² (soit le poids des petit abris).

Il est très important de démarrer le montage sur une dalle béton bien sèche afin d'éviter les moisissures et les déformations. Les conseils sont d’attendre au moins 7 jours pour poser l’abri car il faut une semaine pour que le béton atteigne 80% de sa résistance finale.

2. Vérification du produit et organisation de la construction

A la livraison de votre produit, celui-ci doit impérativement être stocké au sec afin d’éviter tous dommages et déformations. Si vous ne disposez pas d'un abri pour le stocker, vous pouvez le couvrir avec une bâche ou couverture étanche, mais vous veillerez dans tous les cas à ce que les matériaux ne soient pas en contact avec le sol. Vous pouvez par exemple les poser sur des palettes.

Avant de démarrer le montage, il est nécessaire de vérifier que tous les éléments sont présents et en bon état. Pour cela vous pourrez utiliser la liste et la notice fournies par le vendeur de votre produit.

Si le bois n'est pas traité autoclave, vous pouvez appliquer un produit fongicide et insecticide sur l'ensemble des pièces en bois et les laisser sécher pendant 3 jours au sec. Si cela n'est pas fait avant le montage, vous pourrez toujours le faire en fin de montage (l'inconvénient est qu'on ne peut passer le produit que sur les faces encore visibles). Cette étape est primordiale, notamment pour maintenir la garantie constructeur ou monteur.

Il faut ensuite organiser son chantier (en fonction de l'emplacement disponible sur le lieu de montage) en triant les différents types d’éléments :

  • les madriers,
  • les pannes et voliges pour la toiture
  • la couverture du toit (shingle, bac acier etc)
  • les solives et le plancher
  • les menuiseries (portes et fenêtres)
  • la quincaillerie
  • la gouttière
  • etc

Durant le montage, les pièces de bois ne doivent pas être en contact direct avec le sol et doivent être posées sur un emplacement isolé (bâche plastique ou autre), de préférence à plat et tous les éléments sensibles doivent être mis à l’abri (notamment en cas de pluie).

Il est primordial de vérifier l’état de chaque élément, certaines pièces pouvant être légèrement déformées par le changement de température.

Il arrive aussi que des éléments soient fissurés ou présentent des nœuds importants. Dans ce cas, il faudra faire en sorte de gérer le montage de manière à ce que les bois fissurés ou présentant des nœuds soient le moins apparents possible. Et éviter que les nœuds se trouvent sur l’extérieur du chalet pour limiter les risques d’infiltrations d’eau.

Le comptage de de la quincaillerie est important pour s’assurer qu'il ne manque aucune vis. Parfois les constructeurs mettent à disposition des vis un peu faibles (trop court ou trop fin), n'hésitez pas à monter en taille si la section des bois le permet.

3. Pose des lambourdes

3. Pose des lambourdes

Si le plancher est souvent optionnel lors de l’achat de votre produit, il est évidemment obligatoire lorsque l’on monte un produit devant servir d’habitation.

Le plancher n’est jamais posé directement sur la dalle béton mais il repose sur des lambourdes, elles-mêmes posées directement sur la dalle béton en étant isolées (par bandes de papier goudronné épais par exemple).

Il est en effet fortement conseillé de prévoir des poutrelles de fondations (appelées aussi chevrons, lambourdes…) afin que le premier madrier (livré brut) ne soit pas en contact direct avec l’humidité de la dalle. Il est possible d'isoler le bois du béton via une bande de papier bitumé ou via des cales PVC.

Pour améliorer le confort thermique d’un chalet, il est possible d’insérer un isolant (polystyrène de 50mm ou isolant naturel) entre les solives. Cela permettra de réduire la déperdition de chaleur ainsi que les remontées d’humidité.

Les solives doivent être placées en respectant l'écartement mentionné sur la notice de montage. Toutes doivent être parfaitement de niveau et avoir le même écartement entre elles.

Le plancher sera lui posé en toute fin afin d'éviter de l'abîmer durant la phase de travaux.

4. Assemblage des madriers

4. Assemblage des madriers

Lorsque toutes les solives sont parfaitement en place, il est alors possible de commencer l'assemblage des madriers, qui constituent les murs.

Les madriers, d’épaisseur différente (de 28mm à 70mm en général) sont pré-rainurés pour s'emboîter facilement les uns dans les autres, à la manière d’un jeu de légo.

Il est primordial que la première rangée soit parfaitement plane et elle peut nécessiter, à cause des tolérances de planéité des ouvrages de fondation et de soubassement, un calage réalisé de préférence en bois.

Un joint de mastic entre le premier niveau et les solives du plancher assurera une totale étanchéité.

Pour enfoncer les madriers les uns dans les autres, il faut utiliser la cale de frappe pour assurer les emboîtements et ne pas marquer le bois.

Avec des épaisseurs de 45mm, les rainures sont nettes et s'emboîtent facilement entre elles. Pour les abris avec des épaisseurs de 28mm, les rainures peuvent être parfois abîmées ou fendues, ce qui nécessite un rattrapage à la colle à bois et serre-joint.

Il faut toujours vérifier que la structure est de niveau à chaque rangée de madriers et grâce à une équerre que les parois sont bien perpendiculaires entre elles.

5. Installation des cadres de menuiseries (portes et fenêtres)

5. Installation des cadres de menuiseries (portes et fenêtres)

L’installation des cadres des portes et des fenêtres constitue l’étape suivante.

Il faut vérifier que les cadres soient rigides et correctement alignés. Ils sont posés par simple coulissement dans les madriers aux emplacements prévus.

6. Assemblage des derniers éléments du chalet de jardin

Les portes et fenêtres installées, les derniers éléments sont directement en contact avec le toit et ont donc un angle de coupe dont l'inclinaison suit celle de ce dernier.

Une fois la dernière rangée posée, il faut à nouveau vérifier :

  • que les murs sont perpendiculaires entre eux
  • que tout est de niveau
  • que les cadres de menuiseries sont bien solidaires des murs

7. Pose des pignons (ou triangle de toit)

Les pignons sont en général déjà assemblés pour s’insérer d’un seul bloc. Ils s'insèrent sur le dernier madrier de chaque façade. Dans certains cas vous aurez une poutre avec une connexion avec un mur intérieur de cloison.

Il est impératif de les aligner parfaitement sur le chalet en vue de la pose de la toiture. Afin d’aligner les madriers pour aligner les pignons verticalement, il est possible d’utiliser la cale de frappe.

Une fois tout aligné (vérifier l'équerrage) et à niveau, il faut les fixer sur les madriers avec les vis fournies dans votre produit en kit.

8. Installation des pannes

Les pannes servent à supporter le toit, il est essentiel de veiller à ce qu’elles soient parfaitement solidaires de la structure du produit.

Les pannes, s’insèrent sur les pignons en s’emboitant tout simplement dans les fentes prédécoupées. Il est préférable de les fixer une fois en place afin d’éviter qu’elles ne bougent lors de la pose des voliges.

9. Fixation des voliges

9. Fixation des voliges

Les voliges forment la surface du toit. Il s’agit en général de planches rainurées.

La volige est une planche de bois de forme rectangulaire et relativement fine. Ses dimensions peuvent varier entre 12 et 34 mm d'épaisseur et entre 10 et 30 cm de largeur.

Les planches de toit doivent être fixées avec des clous sur chaque pannes. Il est important de vérifier systématiquement l’alignement des voliges au niveau du faîtage et de l'avant toit. Les voliges ne doivent pas dépasser la charpente.

10. Pose des planches de rive

Les planches de rives (bandeaux de toit) désignent à la fois les planches présentes en rive de toit et en bas de pente. Il s’agit d’éléments de finition qui permettent notamment la fixation des gouttières.

Les planches de rive contribuent également au côté esthétique puisqu’elles s’harmonisent bien souvent à la façade et apportent ainsi une finition à la toiture avec le faîtage.

Elles se posent le long des voliges, tout autour du chalet. Le montage se fait à l'aide de clous ou de vis sur la tranche des voliges côté avant toit et sur les pignons. La planche de rive sous couverture doit être vissée à la planche de latte sous volige.

11. Pose des différents type de couvertures d'un abri ou chalet de jardin

11. Pose des différents type de couvertures d

Par défaut, la plupart des toitures d'abri et chalet de jardin sont prévues pour des couvertures dite "légères". Ces couvertures reposent le plus souvent directement sur la volige, elle même fixée sur les pannes.

La pose de tuiles ou ardoises nécessite un renforcement de la charpente, la pose de chevrons perpendiculaires aux pannes, puis de liteaux

Il existe plusieurs types de matériaux adaptés à la couverture de construction de jardin comme un chalet ou un garage.

Le bardeau bitumé ou shingle

Le bardeau bitumé ou shingle est, comme son nom l’indique, issu du bitume, un matériau dérivé du pétrole aux caractéristiques imperméabilisantes et isolantes.

Nommé shingle, bardeau bitumeux ou bardeau bitumé, voire bardeau canadien, ce type de couverture est constitué de plaques de fibres de verre, recouvertes d’une feuille de feutre bitumé colorée et d’une protection.

Contrairement au simple feutre bitumé en rouleau, le shingle apporte un aspect d'imitation tuiles et une touche esthétique supplémentaire.

Pour installer un bardeau bitumé, il est cependant recommandé d’avoir une pente de toiture d’au moins 20°. Il se cloue ou s’agrafe rapidement sur les planches. Il est également souvent vendu avec une face pré-collée adhésive.

Le bac acier

Le bac acier présente une excellente résistance aux intempéries et au gel et convient donc notamment parfaitement aux chalets installés dans des régions aux conditions météorologiques difficiles. Sa forme en U lui permet d’évacuer rapidement les eaux de pluie.

Attention toutefois au bruit généré par la pluie tombant sur de l’acier. Pour une habitation, cela peut parfois s’avérer problématique.

Le bac acier est composé de 4 couches, avec une épaisseur totale comprise entre 0,5mm et 0,8mm d'épaisseur : un noyau en acier, une couche protectrice en zinc recouvert couche de vernis protectrice, et une fine couche de verre décoratif.

Il est possible de trouver de nombreux coloris comme le noir, le gris, le rouge, le vert ou encore le bleu. Le bac acier s’adapte ainsi parfaitement à l’esthétique du chalet.

Sa pose s’effectue par vissage en respectant les différentes phases : volige, puis pare-vapeur (car il y aura forcément de la condensation sous la toiture en tôle), puis double littelage/tasseaux (afin de laisser passer l'air pour sécher la condensation), puis bac acier.

La pente de toit minimale nécessaire à l’installation d’un bac acier peut varier de 5 à 15%.

Les plaques de tuiles métalliques

Les plaques de toiture métalliques ondulées en imitation tuile sont disponibles dans plusieurs matériaux. Les plaques en PVC présentent des caractéristiques d’isolation thermique et acoustique intéressantes.

Elles ont l’avantage d'être légères et faciles à poser car elles se vissent directement sur les planches de toit pour peu qu’il présente une pente d’au moins 10%.

Les tuiles métalliques, lorsqu’elles sont vendues directement avec le chalet en kit sont généralement aux bonnes dimensions et ne nécessitent pas de découpes.

12. Mise en place des menuiseries

Il est préférable que les menuiseries soient fixées sur les encadrements vissés à la structure de votre installation à la fin du montage et de ne pas les visser directement sur les madriers lors de l’installation des cadres.

Pour garantir l’étanchéité optimale, l’utilisation d’un joint de silicone de bonne qualité est fortement recommandée.

Les portes sont le plus souvent préassemblées. Il suffit donc de les monter sur les gonds du cadre déjà en place.

13. Installation des lames anti-tempêtes

Pour consolider la structure de l'abri de jardin en cas de vents violents, certains chalets disposent de lames anti-tempêtes.

Elles doivent être fixées sur le pignon à environ 20 cm de chaque angle du chalet. Elles doivent être alignées verticalement et modérément serrées pour laisser du “jeu” en cas de mouvements. En effet, il faut savoir que le bois peut se déformer en hauteur d’environ 3% selon les saisons (plus haute en hiver) car c'est un matériau qui travaille. Cela peut représenter près de 7cm sur des murs de 2,50m de hauteur.

14. Entretien du bois pour l'abri de jardin

14. Entretien du bois pour l

Si cela n'a pas été fait avant la pose, il faut appliquer un insecticide/fongicide si le bois n'est pas traité autoclave.

Pour le protéger, il est recommandé de le lasurer le plus rapidement possible sur la partie extérieure du chalet de jardin. 

3 couches de protection peuvent être appliquées sur les bois, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur :

  • une couche de lasure d’imprégnation
  • deux couches de lasure de finition